Accident du travail

LES FAITS :

 

Le responsable d’une unité d’une entreprise française en poste à Nanjin (Chine Centrale) depuis 2 ans, perd connaissance.

Lors de sa chute, son crâne percute l’angle de son bureau; conséquence : 5 jours de coma avec paralysie partielle. Arrêt de travail et rapatriement conseillé de façon définitive.

LES CONSEQUENCES :

 

Le salarié de l’entreprise était atteint de la maladie de Parkinson et depuis qu’il était expatrié en Chine ne suivait que partiellement un traitement. L’accident survenu en Chine a été considéré comme accident du travail, mais l’entreprise a été recherchée dans sa responsabilité.

En effet, il n’y avait eu aucune visite médicale de départ en expatriation, et encore moins d’une visite annuelle, qui même en expatriation est obligatoire dans le cadre de la médecine du travail.

POUR MEMOIRE :

Avant : Une visite médicale complète doit être effectuée avant le départ et doit conditionner la décision ou non d’expatrier le collaborateur.

Pendant : Pendant l’expatriation, le salarié doit chaque année avoir une visite médicale, dite de Médecine du travail. Cette visite peut avoir lieu en France, lors d’un retour pour congé ou pendant une mission, ou encore sur son lieu d’expatriation. Des organismes agréés ont mis en place ces visites.

Au retour : Faire procéder dans les semaines qui suivent le retour d’expatriation à une visite médicale afin de faire un bilan de santé complet, et éventuellement, détecter des maladies liées à l’expatriation (surtout quand elle a eu lieu dans des zones à risque).

Alain FAIGNOT

Directeur Mobilité Internationale – VERSPIEREN BENEFITS

(Source : comité éditorial Verspieren benefits, Experts de la protection sociale à l’étranger)