Mobilité européenne : la Grande-Bretagne et l’Irlande destinations de prédilection

 

Le 4 octobre 2008 avait lieu au centre des Congrès de la Villette, la Bourse Européenne de l’Emploi, qui visait à promouvoir la mobilité professionnelle dans les pays de l’Union. Bilan de cette journée.

Organisée par l’Agence Nationale pour l’Emploi (ANPE), avec l’appui de l’Espace Emploi International de Paris et du réseau EURES France, la Bourse européenne de l’emploi s’est tenue le 4 octobre au centre des Congrès de la Villette.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la Présidence française de l’Union Européenne et vise à encourager les recrutements à l’étranger en réunissant dans un même endroit des candidats à la mobilité et des employeurs ainsi que des opérateurs de la mobilité professionnelle européenne.

Plusieurs activités étaient proposées sous forme de « villages » :

  • Le village information : des acteurs spécialistes de la mobilité européenne et de nombreux conseillers EURES renseignaient les visiteurs ;
  • Le village entreprises : une trentaine d’entreprises proposait des entretiens aux candidats inscrits à l’avance ;
  • Le village ateliers : huit sessions interactives étaient organisées pour apporter des informations aux visiteurs sur une des destinations choisies.

2 004 visiteurs ont participé à cet événement, un chiffre bien en deçà des prévisions puisque 3 000 à 5 000 visiteurs étaient attendus. Quant aux entreprises, elles étaient 18 à être présentes.

En revanche, les ateliers ont eu du succès auprès des candidats. Limités à une douzaine ou vingtaine de personnes selon leurs sujets, ils ont attiré parfois plus de personnes que prévues. Ce sont les ateliers à destination de la Grande-Bretagne et de l’Irlande qui ont été les plus visités.

Même constat au niveau des stands pour des entretiens individuels. Sur 587 entretiens, 214 ont été effectués pour des emplois en Grande-Bretagne et 63 pour l’Irlande. La Norvège s’en sort plutôt bien puisqu’elle a attiré 103 candidats.

Si la Grande-Bretagne et l’Irlande attirent tant de candidats à la mobilité européenne c’est surtout à cause de la flexibilité du marché du travail et du dynamisme de la société anglo-saxonne. Ces deux pays présentent, par ailleurs, l’avantage de ne pas être trop éloignés de la France, ce qui est un facteur important pour de nombreuses personnes qui souhaitent tenter une expérience à l’étranger tout en ayant la possibilité de garder des liens fréquents avec leur famille restée dans le pays d’origine. Aujourd’hui Londres est ainsi la « sixième ville » de France avec 300 000 Français installés sur place.

La Norvège réunit également ces deux atouts, même si la barrière de la langue constitue un plus grand obstacle. Cependant, la Norvège favorisant les échanges en anglais, cela peut expliquer les nombreuses candidatures.

Marie Claude ALQUIER

France Expatriés

(Source : comité éditorial Verspieren benefits, Experts de la protection sociale à l’étranger)