Jean PAUTROT, Directeur de la Mobilité Groupe Services EDF et Président du Cercle Magellan

Monsieur Pautrot, est un acteur important de la mobilité internationale en France depuis de nombreuses années.

Q : Vous occupez différentes fonctions au coeur de la mobilité, pouvez-vous nous en parler ?

R : Après une formation d’ingénieur à l’Ecole Centrale et une carrière dans des domaines techniques, financiers et dans le management, je suis arrivé par hasard dans le monde de la mobilité internationale en 1994. Les grandes passions naissent souvent du hasard et depuis cette date je me consacre à cette passion. Après différentes fonctions en Gestion des carrières et en Ressources Humaines, à la Direction des Ressources Humaines Internationales de la branche distribution d’EDF-GDF puis à la Direction de projets internationaux, je suis depuis 2003, Directeur de Mobilité Groupe Services EDF.

En 1999, j’ai fait la connaissance du Cercle Magellan dont je suis aujourd’hui le Président France. Toujours en lien avec la mobilité internationale, je suis Administrateur de la Mission Laïque Française et Intervenant au Master RH et Mobilité Internationale de l’ENSAM – ENS Cachan ainsi qu’à l’ESSEC. Ces différentes fonctions m’ont permis de me confronter à toutes les phases de la « vie » d’un expatrié, du départ au retour.

Q : Vous avez initié la rédaction de 2 ouvrages de références pour l’expatriation : Paroles d’Ailleurs et Expatriés, Rêves et réalité. Pourquoi ces livres ?

R : Derrière les processus d’expatriation, les packages, les optimisations fiscales, se trouvent des hommes et des femmes, avec leurs espoirs et leurs craintes. C’est à mes yeux l’élément fondamental de l’expatriation. Or, dans l’univers professionnel, la gestion des émotions et de la famille restent souvent au vestiaire, pourtant à l’international, on ne peut les ignorer. La dimension émotionnelle étant au coeur de l’expatriation, j’ai souhaité l’illustrer par ces deux livres. « Paroles d’ailleurs » était constitué de témoignages, « Expatriés, Rêves et Réalité » allait au-delà du témoignage : des informations, des conseils… un cocktail alliant pragmatisme et émotion, permettant au futur expatrié de s’initier à l’expatriation.

Q : Votre connaissance de l’expatriation vous a conduit à travailler sur le thème du retour d’expatriation, pouvez-vous nous en dire plus ?

R : Ma première expérience en gestion de la mobilité internationale a duré 5 ans, j’étais en permanence au contact des expatriés. Tout semblait bien huilé, rôdé, y compris le retour d’expatriation et pourtant quelque chose clochait. C’est une des raisons pour lesquelles je me suis rapproché du Cercle Magellan à la fin des années 90 : pour échanger avec des pairs sur cette question. Il m’est apparu qu’un retour réussi était un départ réussi, qu’il était important de maintenir le lien avec le pays d’origine, mais plus encore, qu’il convenait d’aborder le retour en reconnaissant l’existence des émotions et en acceptant le changement. L’expatrié de retour doit accepter le changement de son environnement, mais l’entreprise doit intégrer les changements chez son collaborateur et reconnaître ses nouvelles compétences acquises.

Q : De quels outils dispose l’entreprise pour cela ?

R : Le coaching, au coeur de cette prise de conscience, facilite la gestion des changements, mais il est encore peu utilisé.

Q : De nombreuses réalisations dans le passé, beaucoup de projets dans le présent, et le futur. Avez-vous déjà quelques idées de projets ?

R : L’enjeu majeur d’EDF dans les années à venir sera le développement du nucléaire dans le monde. Nous aurons à chercher et à gérer des expatriés accompagnant ce développement. Du côté du Cercle Magellan, nous poursuivrons le développement du Club Mobilité Internationale et du Club Comp & Ben, ainsi que le développement du Cercle en Asie.

Sur un plan plus personnel, à 58 ans, j’ai retrouvé les bancs de l’école pour poursuivre ma passion tout en développant une nouvelle expertise : coach d’expatrié au retour. Je prépare la certification. Mon ambition sera d’aider l’expatrié à « trouver sa juste place ».

Nathalie Lorrain

Itinéraires Interculturels

(Source : comité éditorial Verspieren benefits, Experts de la protection sociale à l’étranger)