Plus d’un expatrié sur deux n’a pas de couverture retraite complémentaire

Lors d’une expatriation, il est essentiel d’avoir une couverture en protection sociale complète pour être protégé contre différents risques (décès, invalidité, maladie..), qui peuvent survenir lors de notre séjour à l’étranger. Or, selon le « Baromètre Expatriés 2018 », réalisé par Humanis et Lepetitjournal.com, les expatriés semblent de moins en moins couverts au niveau de leur protection sociale.

Pour cette 6ème édition du « Baromètre Expatriés 2018 », près de 1 500 expatriés français implantés sur les cinq continents ont été interrogés entre le 14 novembre et le 1er décembre 2017. Les principaux résultats qui en ressortent sont les suivants :
- Plus d’un expatrié sur deux (53 %) n’a pas de couverture retraite au-delà du régime local obligatoire,
- Un sur cinq (20 %) n’a pas de couverture santé,
- Et près d’un sur deux (47 %) n’a pas de couverture prévoyance (invalidité, veuvage).

Pourquoi les expatriés sont-ils si peu couverts ? Cette tendance n’est pas sans lien avec le type de contrat de travail qu’ils ont lors de leur séjour à l’étranger. Les contrats locaux (85% des expatriés salariés sont en contrat local), et le statut d’indépendant (21% des expatriés travaillent en indépendants) explosent. De ce fait, les entreprises prennent de moins en moins en charge la protection sociale des expatriés. En 2018, seulement 25 % des expatriés étaient pris en charge par leur employeur.

49 % des expatriés interrogés estiment que « la protection sociale à la française fait partie de ce qui leur manque le plus à l’étranger ». Cette absence de protection sociale est une des raisons de leur retour en France selon l’étude. 26 % reviennent dans notre pays pour cette raison.

Pour accéder à l’ensemble des résultats du « Baromètre Expatriés 2018 », cliquez ici.

Comité de rédaction Verspieren Benefits