Paroles d’expatriés : Les expatriés mal couverts en protection sociale à cause de la crise !

Les salariés qui partent travailler à l’étranger ont besoin d’une protection sociale (santé et prévoyance) efficace. Surtout quand ils partent dans des pays dits à risque (risque sanitaire, attentats…). Or, avec la crise économique, les entreprises ont tendance pour des raisons de coût à limiter la couverture des salariés que ce soit en terme de santé ou de prévoyance. Les salariés ne sont pas autant couverts qu’auparavant sur ces deux risques majeurs. Surtout que la crise économique concerne également les expatriés eux-mêmes qui ne peuvent allouer un budget personnel important en terme de santé/prévoyance. Cette tendance est confirmée par une étude réalisée par le Groupe Humanis  International sur la couverture santé et prévoyance des expatriés. Ce sondage a été réalisé auprès de 1400 expatriés. De fait, les résultats laissent apparaître un réel décalage entre, d’une part, les risques liés à la mobilité internationale et, d’autre part, la méconnaissance et le manque de préparation des expatriés sur les différentes composantes de leur couverture sociale (retraite, santé, prévoyance).

47% des expatriés Français déclarent n’avoir pas du tout préparé les différents aspects de leur protection sociale avant leur départ à l’étranger. Près de la moitié des Français de l’étranger, ceux notamment pour l’Europe et l’Amérique centrale/Amérique du sud, n’a pas préparé – même en partie – sa protection sociale. 35% déclarent l’avoir anticipé, au moins partiellement, tandis que 17% seulement des expatriés ont bénéficié de l’assistance intégrale de leur employeur pour l’organisation de leur départ.

Un nombre important de Français expatriés se trouvent en situation de réelle précarité en matière de couverture sociale. 17 % déclarent en effet ne disposer d’aucune assurance santé dans leur pays d’expatriation et 53 % ne bénéficient d’aucune garantie en matière de « gros risque » prévoyance. Seulement 35 % des répondants disposent d’une couverture d’urgence assistance-rapatriement. Les expatriés ne bénéficiant d’aucune couverture prévoyance sont majoritairement représentés parmi les expatriés sans enfants, les 18-34 ans et les retraités.

58% des Français de l’étranger choisiraient en priorité une couverture retraite en cas de budget complémentaire pour leur protection sociale, s’ils disposaient d’un budget complémentaire à allouer à leur couverture sociale, et sur une couverture santé personnelle pour 52% des répondants. Les garanties en matière de décès ne sont jugées prioritaires que pour 21% d’entre eux.

Source : Etude Humanis International 2013

Comité de rédaction Verspieren Benefits